Le pizzino de septembre 2018

 

Début de la campagne des envois pour la saison 2018/19

 

Bien (re) venue à tous, l’aventure continue !

Cette année nous avons décidé d’anticiper les premiers envois, de manière à vous envoyer les mandarines Satsuma, premiers agrumes de la saison, dans leur période de maturité optimale, parce que, s’agissant de fruits délicats, lorsqu’ils atteignent toute leur couleur, ils deviennent assez sensibles.

Comme vous le savez, alors que la peau est encore verte, l’intérieur est déjà mur.

En plus, de cette manière il sera possible pour nous d’allonger la saison des bananes, qui, avec l’arrivée des premières nuits trop fraîches tendent à bloquer la maturation, et donc à disparaître du listing.

Alors nous aurons le premier départ pour l’Italie et l’Autrice le 29 septembre

et pour les régions francophone le 28 septembre.

Et puis une deuxième option le 12 octobre pour les francophones et le 13 pour les italiens et les autrichiens.

- En ce qui concerne les raisins de table, le mauvais temps ayant frappé les zones de production cette année, cela provoque des dégâts sur les grains ainsi que des problèmes sur les feuilles, ce qui se traduit par une réduction de la production.

Dans les conditions des fermes Bio, il est encore plus difficile de surmonter cette situation. Les raisins se termineront probablement après ces deux premières livraisons.

Mico, producteur de figues de Barbarie, nous informe que maintenant il ne peut pas dire à quel point sera la maturation pour ces premières dates, car souvent la maturation se manifeste très soudainement.

Nous croisons les doigts!

 

Nous commencerons la récolte des oranges Navelina en NOVEMBRE

 

Dans l’alternance de productivité de nos vergers, la campagne 2018/2019 s’annonce une année de production basse, (l’an dernier nous avions récolté beaucoup de fruits, mais souvent de petit calibre, à cause, surtout du long moment de sécheresse de l’an dernier).

Cette année en revanche, nous prévoyons une plus petite quantité de fruits, mais aussi sans doute moins de rebut de fruits de trop petite taille.

Les conditions climatiques se présentent en contre tendance, avec des pluies tout à fait inhabituelles pour cette période de l’année.

L’alternance des saisons normale est de plus en plus rare : les changements climatiques sont toujours plus évidents aux yeux de tous, et nous demandent une certaine adaptabilité, pour ne pas dire quelquefois des vrais sauts périlleux pour effectuer notre travail normal…

Comme toujours, le respect des dates de départ de notre calendrier dépend de la possibilité de récolter les produits à temps, donc nous verrons quelles pluviométries nous rencontrerons dans les prochains mois, et nous ferons naturellement tous les efforts possibles pour envoyer les produits aux dates prévues dans notre calendrier.

Le même discours est valable pour la maturation des produits. Souvent nous ne sommes plus capables de prévoir avec une grande avance quand il sera effectivement possible de commencer la récolte de telle out elle variété. Nous vous tiendrons informés le plus régulièrement possible sur la page “dernières infos sur les produits”

http://www.legallinefelici.it/fr/produits-et-commandes/nouvelles-sur-les-produits-2

 

Merci d’être là et de participer, parce que si vous vous êtes là, beaucoup de personnes et leurs familles peuvent voir le futur avec espoir ! … et en ce moment l’espoir est un bien rare.

 

Par ailleurs, l’augmentation de l’intolérance et du fanatisme se confirme partout dans le monde mais aussi chez nous, hélas, avec un nombre croissant d’épisodes violents.

 

Nous tentons, à notre petite échelle, de faire tout notre possible pour créer de la beauté et contrarier ces tendances destructrices.

 

À ce propos nous avons à cœur de vous annoncer la mise en place de l’expérience de cultures potagères partagées dans le Jardin des Bio-Diversités que l’on peut considérer comme le premier pas concret vers la  réalisation de notre ambitieux projet de partage y compris de la propriété.

 

Des cultures partagées qui mettent en commun le projet, l’argent, le travail, la fatigue, la sueur, l’engagement et les risques, entre un marocain et un guinéen - que beaucoup d’entre vous connaissent - avec deux très jeunes demandeurs d’asile, l’un en provenance de la Guinée et l’autre du Nigeria, et deux femmes, l’une berlinoise et l’autre parisienne.

Et un vieux Sicilien…

 

On espère aussi réussir à impliquer les trois autres très jeunes demandeurs d’asile qui, de même que Chima et Sadju, tous deux en stage dans le Jardin des Bio-Diversités, effectuent leur stage dans trois autres exploitations agricoles du Consortium.

 

Vous comprendrez qu’il n’est pas aisé de mettre dans le même projet économique concret duquel dépend leur survie, une jeune philosophe allemande et un Marocain ayant vécu jusqu’à l’âge de 17 ans dans une maison sans eau courante ni électricité et sans la possibilité d’aller à l’école (bien qu’il en ait eu l’envie et qu’il le veuille encore) car il devait s’occuper des chèvres, avec une parisienne et un Nigérian.

 

… Et un (futur ex) « patron » sicilien…

 

… Et ainsi à venir…

 

Les valeurs de référence, les besoins -à part ceux qui sont essentiels- les peurs, les espoirs et les attentes sont complètement différents.

 

Pourtant, petit à petit, sortant indemnes d’affrontements quotidiens, dépassés grâce à des étreintes, il semble bien que nous soyons en train de réussir, que nous soyons en train de construire difficilement un NOUS à même de surmonter les barrières culturelles, religieuses, de genre, d’âge.

 

Ces jours-ci nous avons semé des haricots verts et des courgettes et dans quelques semaines nous repiquerons des fenouils, des choux raves et d’autres légumes. Cela sur presque un hectare.

Chaque jour on expérimente la coopération et la démocratie afin de créer une coopérative de gestion de tout le Jardin des Bio-Diversités.

 

Jardin des Bio-diversités qui vous demande d’acheter leur production pour soutenir leur projet d’intégration complexe : pas seulement du travail mais aussi une auto-entreprise collective et un modèle de coexistence constructive et de valorisation des différences.

 

Ceci en étroite relation avec les réseaux d’Économie Solidaire Européens.

 

Mais aussi, et on l’espère surtout, avec le territoire local sur lequel ce groupe de visionnaires est déjà en train de développer une action importante à partir de la transformation en cours d’une décharge en un jardin fleuri. Il faut venir et voir pour le croire….

…la suite aux prochains épisodes, nous vous tiendrons informés, mais nous vous invitons à venir voir et à participer à la co-conception d’abord et à la réalisation ensuite de cette Eutopie Concrète…

 

C’est le même esprit (utopique ?) qui nous a conduit avec tant d’autres groupes à organiser la Festa Altra Velocità à Avigliana, en début d’été, une tentative de construire un NOUS qui dépasse les différences et les valorise.

Pour un récit de la fête, nous renvoyons au bel article de Andrea Saroldi (version italienne), publié sur Comune-info.

 

… Et déjà on commence à murmurer au sujet d’une autre fête, au début de l’été prochain, à Petralia Sottana, sur les Madonie, là où, il y a dix ans l’Association Siqillyàh organisa le premier « Sbarcogas »….

 

Et l’administration communale locale a déjà décidé, à l’unanimité, de son plein appui, ce qui sous-entend « zéro bureaucratie »…

… Nous verrons si les forces seront présentes…

 

Nous sommes heureux de clore ce « pizzino » en vous renvoyant à la déclaration de Chengdu (version italienne) , qui a clôturé le VII congrès international de Slow Flood, que nous vous conseillons de lire dans sa version intégrale- elle n’est pas longue- parce que nous l’épousons intégralement.

Nous sommes sûrs que vous aussi.

Ce sont des géants, mais nous sommes la multitude !