Les producteurs

Un chocolat à découvrir : le chocolat de côte d'Ivoire

Yêrê, le chocolat artisanal élaboré en Côte d'Ivoire

 

De la fève de cacao et du sucre de canne : voici un chocolat intensément rustique, sans ingrédient artificiel, non raffiné et à la texture audacieuse, qui vous révèle les saveurs naturelles du cacao… 

 

Comment est-ce possible ?
Grâce à une transformation minimaliste, parfois manuelle, toujours avec des outils simples, peu coûteux et disponibles en Côte d’Ivoire : four torréfacteur, petit moulin à disques, panier à vanner le riz, mortier… Ce procédé est adapté à l’économie populaire des villes et campagnes ivoiriennes. Il est donc reproductible par des milliers de femmes qui, traditionnellement, transforment les produits agricoles. Yêrê diffuse en Côte d’Ivoire la fabrication artisanale du chocolat afin de susciter une consommation locale et des emplois sur place. 

Nous nous inspirons des paysans latino-américains et surtout des femmes mexicaines qui fabriquent leur chocolat dans leur cuisine, avec des outils rudimentaires, pour le marché local.

 

Notre démarche est d’utiliser des outils conviviaux (au sens d’Ivan Illich), ou low tech, qui grâce à leur simplicité restent maîtrisables du point de vue de :

·         l’investissement nécessaire à leur acquisition ;

·         leur technicité réduite qui, tout en améliorant grandement l’efficacité des opérations manuelles, en reste suffisamment proche pour ne pas rendre opaques à ceux qui actionnent les machines les opérations manuelles qu’elles remplacent ;

·         l’énergie consommée, le procédé industriel incluant de nombreuses machines et une étape, le conchage, qui malaxe le chocolat durant 24 à 48 heures pour qu’il soit fondant dans la bouche.

 

Notre chocolat n'a donc pas la texture fondante et lisse de la tablette industrielle.
Celle-ci est le produit d'une technologie tellement sophistiquée et coûteuse qu'elle a impulsé la concentration du secteur aux mains de quelques entreprises multinationales comme l'états-unien Cargill (qui a racheté le néerlandais ADM, ex-numéro 2 du cacao) et le suisse Barry Callebaut représentent ensemble plus de 50 % des capacités mondiales de broyage du cacao.

 

Yêrê est un pionnier : nous contestons la division internationale du travail, qui veut que les paysans du Sud produisent des matières premières à bas prix, et que les industries du Nord les transforment en biens onéreux.
C’est en Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao, que nous fabriquons notre chocolat afin de créer de la plus-value sur place, de diffuser nos techniques simples vers des coopératives de femmes et de planteurs, et de favoriser la consommation locale de chocolat. 

fève de cacao chocolat Yêrê

Dans notre atelier drômois, nous retravaillons notre chocolat pour le mouler en disques et le décliner en différentes saveurs (grâce aux huiles essentielles et épices de l'Herbier du Diois) : nature, poivre, cannelle, verveine, orange, bergamote, etc.
Nous fabriquons aussi des pralinettes en mélangeant notre chocolat à des fruits secs (noisettes, amandes, noix de cajou, cacahuète), des huiles (huile de coco, de sésame, d'olive), etc.
Enfin, nous vendons de la poudre et des pépites de chocolat non dégraissé, à déguster en boissons (à l'eau ou au lait) et en pâtisserie. 

 

 

Nous sommes une association, Marronnages –
Expérimentations et réflexions autour d’une économie conviviale, basée dans le Haut Diois dans la Drôme. 

Association Marronnages – 26410 Glandage – Tél : 04 75 21 38 97

yere@ouvaton.org  

http://yere.ouvaton.org  



Travail des enfants, le goût amer du cacao...