Le Pizzino de novembre 2018

On se régale des nouvelles aventures du consortium

 

 

Le 'pizzino’des Galline Felici (les poules heureuses)

 

Le pizzino: bulletin (tendanciellement) mensuel adressé au monde de toutes les alternatives possibles...

 

CO-CO-PRODUCTIONS.2

 

 

Ensemble (de Lille à Noto) pour co-co-refonder une ferme?

D'un producteur qui a donné, vraiment et toujours, le meilleur de lui-même pour la cause commune,

 

Beaucoup d'entre vous ont eu le chance de rencontrer Vincenzo Vacante, président du Consortium ces 3 dernières années et personne splendide que ce soit du point de vue humain que professionnel.

 

A peine entré dans le Consortium, Vincenzo a tout de suite embrassé les projets et l'esprit qui avaient animés les associés fondateurs et a mis à disposition toute sa personne, collaborant généreusement à tant d'initiatives.

 

Nous nous sentons tous honorés de l'avoir eu comme guide pendant cette période et reconnaissants pour tout ce qu'il nous a transmis et qu'il réussira encore à nous transmettre dans les années à venir.

 

En tant qu'homme et agriculteur, avec ses terres.

Vincenzo n’a pas demandé de participer aux coproductions.

Par discrétion, nous imaginons, pour “l’incertitude en l’avenir” a t-il dit.

 

Nous avons donc dû le forcer, nous, à accepter, mettant toute la force et le poids du Consortium à ses côtés.

 

Et le capital des relations acquis au fil des années…

 

Le fait est que sa ferme, bien qu’elle se soit redressée grâce à NOUS tous (d’Amsterdam à Rossano, en fait), s’est trouvée massacrée cette année par le virus de la tristeza (Citrus Tristeza Virus ou virus de la tristeza des agrumes), déjà présent depuis des années dans cette zone, qui a décidé de manifester son agressivité durant la saison dernière.

 

La plupart des plantes doivent être arrachées et remplacées par d'autres plantes avec des porte-greffes résistants au virus, avec pour conséquence le grave déclin de la production vendable pour les 4 ou 5 prochaines années.

L’essentiel des coûts d’exploitation demeurent néanmoins et Vincenzo craint de devoir obligatoirement vendre son exploitation à court terme.

Tous les associés du Consortium pensent que cette possibilité serait pour nous un échec que nous ne pouvons accepter.

 

Cela entacherait l’esprit du Consortium et rendrait vain une bonne partie du travail jusqu’alors effectué.

 

Et nous sommes fermement convaincus que vous qui nous lisez le percevriez pareillement comme un échec.

 

Et donc ?

 

Au sein du conseil d’administration nous avons décidé de remettre à plus tard les autres projets de co-co-productions qui avaient été proposés par les autres fermes (toutes, absolument d’accord et enthousiasmées par cette décision), pour “convaincre” Vincenzo d’avoir confiance en NOUS et de nous donner la possibilité de reconstruire Ensemble.

Lui donnant de cette manière la priorité, à lui qui a soutenu le Consortium et qu’à présent le Consortium souhaite soutenir!

 

Ce qui pour une seule personne peut paraître insurmontable et définitif fait beaucoup moins peur dès-lors qu’on le partage avec un NOUS solide, solidaire et cohérent.

 

Et si ce NOUS ne représente pas seulement les compagnons du Consortium mais un NOUS beaucoup plus vaste, fait de tous ceux qui nous suivent, nous soutiennent et nous encouragent (de Stuttgart à Piazza Armerina en fait), ce projet qui paraissait insurmontable peut devenir un simple rocher à déplacer.

 

Énergiquement ENSEMBLE !

 

Et si ce n’est pas celle-là, quelle est donc la route que nous devons emprunter pour construire le changement?

 

En fait, si Vincenzo vendait la ferme, il serait très improbable que le nouveau “propriétaire” aime cette terre et en prenne soin comme lui l’a fait jusqu’à aujourd’hui, tel un père aimant, comme certains de nous le considérons.

 

Les cultures que Vincenzo va planter en accord avec le Consortium, sont celles qui nous manquent et qui, en même temps, s’adaptent le mieux à l’environnement pédoclimatique dans lequel se trouve la ferme Barbajanni (la ferme de Vincenzo, joli nom un peu pirate, un peu brigand, que j’imagine nous adopterons “pour estampiller” cette opération).

Principalement : oranges naveline tardives, oranges tarocco tardives, clémentines-semblables tardives, un peu de vanille encore et un peu de nèfle, pour couvrir la phase de la saison dans laquelle notre liste rétrécit de manière importante.

Ceux qui manifesteront un intérêt à participer à cette opération recevront une liste récapitulative détaillée des cultures possibles et également un projet général que nous sommes en train d’achever ensemble avec Vincenzo, avec des cartes et des photos (pour comprendre mieux ce qui s’est passé), afin de choisir ensemble quelles sont les productions qui peuvent être les plus intéressantes pour vous.

 

Par ailleurs, nous vous proposons de partager vos opinions sur le projet avec nous, de discuter d’éventuels changements et ajustements pour ensuite travailler à la réalisation.

 

Et cela serait beau et opportun comme jamais que quelqu’un d’entre vous vienne nous retrouver salir ses mains de la terre sicilienne.

 

Pour en suivre les développements, proposer des solutions peut-être encore inconnues, des expériences positives et techniques innovantes pour la gestion et le soin du sol mais aussi de ceux qui travaillent la terre.

 

Qu’est-ce qui a changé par rapport à la dernière tornade de co-productions?

 D'abord, par rapport aux dernières co-productions vous aurez noté un “co” en plus.

 

Ce “co” parce que nous avons décidé que cette fois le Consortium ne serait pas seulement un garant entre les parties (producteurs et consomActeurs) mais plutôt que notre participation serait aussi économique, avec un apport de 20.000 euros pour la réalisation du projet.

 

Imaginant de nous soutenir mutuellement pour construire ensemble un modèle dans lequel en plus de la qualité du produit se revendique la qualité de la production, qui comprend la participation des consommateurs pour en garantir non seulement l'aspect Bio, mais aussi la valeur Éthique (au-delà du politique et du social comme nous le voyons nous), en le dessinant ensemble pas à pas.

Par ailleurs, bien que nous vous ayons proposé une culture spécifique la dernière fois, nous aurions voulu cette fois-ci choisir avec vous les projets à réaliser, à sélectionner parmi une liste de propositions des associés déterminés à les réaliser avec vous.

Il y a deux semaines environ, le choix de vous proposer ce projet nous a semblé évident et nous avons décidé (avant même le producteur pour tout vous dire) de vous soumettre la Co-co-production Barbajanni.

 

(c’est la raison du retard, malgré les promesses, de l’envoi de ce pizzino, retard dont nous nous excusons).

 

Qui entend parler pour la première fois de co-productions de notre part trouvera ici l’histoire de ce projet, lancé il y a plus de deux ans désormais, qui a permis autant à des petits producteurs de développer leurs cultures qu’à des associations et des groupes de consommateurs de s’assurer la disponibilité d’un produit très demandé mais encore insuffisant par rapport à la demande.

 Mais, aspect selon nous beaucoup plus intéressant, cela a posé les bases d’une forme d’implication participative qui resserre encore plus les liens entre les productions et la consommation comme une alternative à la dynamique du marché nous obligeant à être toujours plus distants et inconscients.

 

Co-produire n’est pas seulement un moyen de se garantir des produits de qualité.

Ce n’est pas seulement un moyen de simplifier l’accès au financement pour les petites réalités agricoles.

Le système de coproduction est un modèle qui se fonde sur la confiance, la conscience et la participation. 

Tisser ensemble, coudre, repriser si besoin.

Se sentir moins distants et capables de mesurer les effets de nos choix quotidiens.

MERCI!!!

MERCI de nous avoir permis avec votre présence continuelle, implication, encouragement de concevoir ces formes évolutives de démocratie, participation et souveraineté alimentaire!

MERCI d’être toujours à nos côtés pour les réaliser!

 

.....à suivre…..bien-sûr….


Octobre 2018 : Un Pizzino exceptionnel, une belle invitation

Le pizzino: bulletin (tendanciellement) mensuel adressé au monde de toutes les alternatives possibles

 

NOUS ...citoyen.ne.s du monde

En 2017, depuis le travail commun qui a abouti à la co-production d’avocats entre 11 associations françaises, une belge, 5 paysans siciliens et le Consortium des Galline Felici, est apparu le sentiment d’appartenance à un collectif.

Ce projet nous a fait prendre conscience que nos liens, qui ont commencé par être du commerce équitable et conscient, étaient bien plus profonds.

Nous travaillons à la fois chacun sur nos territoires, et aussi à l’échelle européenne. 

Nous développons une culture commune, avec une attention particulière à la transition.

Nous essayons de cultiver la coopération, inspirés les un.aux des l’autres, avec le souhait de participer en tant qu’acteurs à cette transition, plutôt que de rester spectateurs des désenchantements du monde.

Les questions écologiques et sociales nous semblent aller de pair.

Nous souhaitons y travailler en prenant en compte les questionnements autour de l’accueil des migrants, du rapport au travail et aux rapports de domination.

Nous souhaitons mettre en jeu l’articulation entre les pratiques individuelles et les pratiques collectives.

Ceci est une invitation à se rencontrer, à renforcer nos liens.

Seront présents à ces rencontres :

·         Roberto Li Calzi qui est un des membres fondateurs du Consortium des Legallinefelici et actuellement animateur du projet « Le Jardin de les Bio-Diversités »

 

·         Adrien Coppens qui organise la logistique des transports au seins des Galline Felici et s’est installé comme paysan en Sicile, dans la région de Modica où il accueille aussi des voyageurs et visiteurs.

 

·         Catherine Peltier qui participe activement depuis quelques mois au projet « Le Jardin de les Bio-Diversités »

 

·         Alejandra Flichman qui collabore en tant qu’animatrice avec Le Galline Felici à la coordination  et au développement de nos relations culturelles et fait partie de l’association Corto (ile de France)

 

Nous serons à Nantes où un groupe existe depuis 2016 afin d’approfondir nos liens et mieux nous connaître.

Rendez-vous le 19 Octobre au cinéma Le Concorde pour un apéro à 19h puis pour la projection du film « Nul homme n’est une île » de Dominique Marchais qui sera présent.

 

Ci-dessous un dépliant de la soirée, réalisé par le groupe Nantais.

 

Le lendemain, soyez les bienvenus à partir de 13h (lieu à définir dans les prochains jours) pour un déjeuner partagé avec ce que chacune et chacun d’entre nous apportera.

 

Ensuite, nous aurons le temps de l’après-midi pour penser ensemble à cette transition écologique et sociétale, que Roberto aime appeler « la petite révolution gentille » et échanger autour de nos pratiques.

 

Nous terminerons vers 18h avec un apéritif.

 

Le 21 Octobre nous serons à Caen, au Café des Images, qui est un cinéma et un Tiers-Lieu.

 

Le Café des Images porte un magnifique projet citoyen autour de la transition et nous sommes très heureux de coopérer ensemble.

 

Ce n’est que le début ! Soyez les bienvenus et les bienvenues !

 

Si vous habitez loin de Nantes et de Caen, n’hésitez pas à faire suivre cette invitation à vous amis et connaissances qui se trouvent dans ces régions et pourraient être intéressés à participer.

 

Merci et à bientôt !

 

Alejandra, Roberto, Catherine et Adrien

 

 DERNIÈRE MINUTE ! Nous profitons d'être en France pour aller rendre visite aux vieux et nouveaux amis : 

 

·         Le 15 à Grenoble/Varces

 

·         Le 16 à Lyon/Dècines/Villeurbanne

 

·         Le 17 à Sainte-Flaive-des-Loups

 

·         Le 18, probablement, à Concarneau

 

Nous ne connaissons pas encore exactement les lieux précis des rencontres.

 

Si vous êtes intéressés à participer, vous pouvez nous contacter et nous vous communiquerons davantage d'informations sur les lieux dès que nous en saurons plus.

À bientôt 

Le galline felici à la rencontre de la france à Nantes le 19 octobre

INFO sur les premiers agrumes de NOVEMBRE,  et sur le retour des CONSERVES DE POISSON

Bienvenue !

Comme le savent nos amis /clients, les premiers agrumes récoltés au début de la saison sont aux premiers stades de leur maturation.

Nous rappelons donc à tous que les premières ORANGES NAVELINA et les premières CLEMENTINES de novembre seront extérieurement un peu verts, mais leur goût sera déjà agréable.

 

Nous ne recueillons que les fruits qui commencent à se colorer. Au fil des jours, le processus de maturation se poursuivra même sur les fruits récoltés

 

De plus, nous sommes heureux de vous annoncer que nous avons fait connaissance avec une société qui produit des conserves d’anchois et de thon qui nous semble très intéressante : Les conserves de poisson de Nonno (grand-père) Peppino

 

 

A bientôt alors et merci d'être avec nous !


Le pizzino de septembre 2018

 

Début de la campagne des envois pour la saison 2018/19

 

Bien (re) venue à tous, l’aventure continue !

Cette année nous avons décidé d’anticiper les premiers envois, de manière à vous envoyer les mandarines Satsuma, premiers agrumes de la saison, dans leur période de maturité optimale, parce que, s’agissant de fruits délicats, lorsqu’ils atteignent toute leur couleur, ils deviennent assez sensibles.

Comme vous le savez, alors que la peau est encore verte, l’intérieur est déjà mur.

En plus, de cette manière il sera possible pour nous d’allonger la saison des bananes, qui, avec l’arrivée des premières nuits trop fraîches tendent à bloquer la maturation, et donc à disparaître du listing.

Alors nous aurons le premier départ pour l’Italie et l’Autrice le 29 septembre

et pour les régions francophone le 28 septembre.

Et puis une deuxième option le 12 octobre pour les francophones et le 13 pour les italiens et les autrichiens.

- En ce qui concerne les raisins de table, le mauvais temps ayant frappé les zones de production cette année, cela provoque des dégâts sur les grains ainsi que des problèmes sur les feuilles, ce qui se traduit par une réduction de la production.

Dans les conditions des fermes Bio, il est encore plus difficile de surmonter cette situation. Les raisins se termineront probablement après ces deux premières livraisons.

Mico, producteur de figues de Barbarie, nous informe que maintenant il ne peut pas dire à quel point sera la maturation pour ces premières dates, car souvent la maturation se manifeste très soudainement.

Nous croisons les doigts!

 

Nous commencerons la récolte des oranges Navelina en NOVEMBRE

 

Dans l’alternance de productivité de nos vergers, la campagne 2018/2019 s’annonce une année de production basse, (l’an dernier nous avions récolté beaucoup de fruits, mais souvent de petit calibre, à cause, surtout du long moment de sécheresse de l’an dernier).

Cette année en revanche, nous prévoyons une plus petite quantité de fruits, mais aussi sans doute moins de rebut de fruits de trop petite taille.

Les conditions climatiques se présentent en contre tendance, avec des pluies tout à fait inhabituelles pour cette période de l’année.

L’alternance des saisons normale est de plus en plus rare : les changements climatiques sont toujours plus évidents aux yeux de tous, et nous demandent une certaine adaptabilité, pour ne pas dire quelquefois des vrais sauts périlleux pour effectuer notre travail normal…

Comme toujours, le respect des dates de départ de notre calendrier dépend de la possibilité de récolter les produits à temps, donc nous verrons quelles pluviométries nous rencontrerons dans les prochains mois, et nous ferons naturellement tous les efforts possibles pour envoyer les produits aux dates prévues dans notre calendrier.

Le même discours est valable pour la maturation des produits. Souvent nous ne sommes plus capables de prévoir avec une grande avance quand il sera effectivement possible de commencer la récolte de telle out elle variété. Nous vous tiendrons informés le plus régulièrement possible sur la page “dernières infos sur les produits”

http://www.legallinefelici.it/fr/produits-et-commandes/nouvelles-sur-les-produits-2

 

Merci d’être là et de participer, parce que si vous vous êtes là, beaucoup de personnes et leurs familles peuvent voir le futur avec espoir ! … et en ce moment l’espoir est un bien rare.

 

Par ailleurs, l’augmentation de l’intolérance et du fanatisme se confirme partout dans le monde mais aussi chez nous, hélas, avec un nombre croissant d’épisodes violents.

 

Nous tentons, à notre petite échelle, de faire tout notre possible pour créer de la beauté et contrarier ces tendances destructrices.

 

À ce propos nous avons à cœur de vous annoncer la mise en place de l’expérience de cultures potagères partagées dans le Jardin des Bio-Diversités que l’on peut considérer comme le premier pas concret vers la  réalisation de notre ambitieux projet de partage y compris de la propriété.

 

Des cultures partagées qui mettent en commun le projet, l’argent, le travail, la fatigue, la sueur, l’engagement et les risques, entre un marocain et un guinéen - que beaucoup d’entre vous connaissent - avec deux très jeunes demandeurs d’asile, l’un en provenance de la Guinée et l’autre du Nigeria, et deux femmes, l’une berlinoise et l’autre parisienne.

Et un vieux Sicilien…

 

On espère aussi réussir à impliquer les trois autres très jeunes demandeurs d’asile qui, de même que Chima et Sadju, tous deux en stage dans le Jardin des Bio-Diversités, effectuent leur stage dans trois autres exploitations agricoles du Consortium.

 

Vous comprendrez qu’il n’est pas aisé de mettre dans le même projet économique concret duquel dépend leur survie, une jeune philosophe allemande et un Marocain ayant vécu jusqu’à l’âge de 17 ans dans une maison sans eau courante ni électricité et sans la possibilité d’aller à l’école (bien qu’il en ait eu l’envie et qu’il le veuille encore) car il devait s’occuper des chèvres, avec une parisienne et un Nigérian.

 

… Et un (futur ex) « patron » sicilien…

 

… Et ainsi à venir…

 

Les valeurs de référence, les besoins -à part ceux qui sont essentiels- les peurs, les espoirs et les attentes sont complètement différents.

 

Pourtant, petit à petit, sortant indemnes d’affrontements quotidiens, dépassés grâce à des étreintes, il semble bien que nous soyons en train de réussir, que nous soyons en train de construire difficilement un NOUS à même de surmonter les barrières culturelles, religieuses, de genre, d’âge.

 

Ces jours-ci nous avons semé des haricots verts et des courgettes et dans quelques semaines nous repiquerons des fenouils, des choux raves et d’autres légumes. Cela sur presque un hectare.

Chaque jour on expérimente la coopération et la démocratie afin de créer une coopérative de gestion de tout le Jardin des Bio-Diversités.

 

Jardin des Bio-diversités qui vous demande d’acheter leur production pour soutenir leur projet d’intégration complexe : pas seulement du travail mais aussi une auto-entreprise collective et un modèle de coexistence constructive et de valorisation des différences.

 

Ceci en étroite relation avec les réseaux d’Économie Solidaire Européens.

 

Mais aussi, et on l’espère surtout, avec le territoire local sur lequel ce groupe de visionnaires est déjà en train de développer une action importante à partir de la transformation en cours d’une décharge en un jardin fleuri. Il faut venir et voir pour le croire….

…la suite aux prochains épisodes, nous vous tiendrons informés, mais nous vous invitons à venir voir et à participer à la co-conception d’abord et à la réalisation ensuite de cette Eutopie Concrète…

 

C’est le même esprit (utopique ?) qui nous a conduit avec tant d’autres groupes à organiser la Festa Altra Velocità à Avigliana, en début d’été, une tentative de construire un NOUS qui dépasse les différences et les valorise.

Pour un récit de la fête, nous renvoyons au bel article de Andrea Saroldi (version italienne), publié sur Comune-info.

 

… Et déjà on commence à murmurer au sujet d’une autre fête, au début de l’été prochain, à Petralia Sottana, sur les Madonie, là où, il y a dix ans l’Association Siqillyàh organisa le premier « Sbarcogas »….

 

Et l’administration communale locale a déjà décidé, à l’unanimité, de son plein appui, ce qui sous-entend « zéro bureaucratie »…

… Nous verrons si les forces seront présentes…

 

Nous sommes heureux de clore ce « pizzino » en vous renvoyant à la déclaration de Chengdu (version italienne) , qui a clôturé le VII congrès international de Slow Flood, que nous vous conseillons de lire dans sa version intégrale- elle n’est pas longue- parce que nous l’épousons intégralement.

Nous sommes sûrs que vous aussi.

Ce sont des géants, mais nous sommes la multitude !


Le Pizzino de mai 2018 : un pizzino tout sur la COMMUNICATION parce qu’il nous semble que :

 

·         ce soit le maillon le plus faible de ce que nous faisons

·         en dehors de “nos cercles” peu de gens savent ce que nous faisons et ce que nous pensons

·         nos pratiques -bien plus pleines de sens par rapport à celles d’un monde où le seul sens est celui de l’argent- si elles étaient connues, pourraient attirer… la majorité

·     la publicité, quasi toujours plus ou moins trompeuse, empêche de connaitre la vraie valeur des objets que nous consommons  

·         trop faible aussi la communication interne, qui nous rend difficile parfois de connaitre ce qui se passe de l’autre côté de la colline, ou bien de l’autre côté du pâté de maisons, même si semblable et/ou cohérent

·         nous avons besoin d’instruments qui nous permettent d’interagir plus facilement et d’inscrire nos pratiques dans un système

·         et tout autant nos réflexions, pour composer une fresque qui illustre avec clarté, même aux distraits, qu’ENSEMBLE C’EST BEAUCOUP MIEUX

 

DONC, nous vous invitons à vous mouvoir, ensemble, évidemment : 

 

1) vers la Festa Altra Velocità on a proposé qu’il se discute ensemble d’ instruments de communication conjoints et intégrés

Jusqu’à présent, seule Italia che Cambia nous a répondu avec enthousiasme, et nous avons déjà mis sur pied certaines collaborations

Nous souhaitons que les autres entités impliquées dans cette proposition veuillent se joindre dans ce raisonnement, peut être lors de la festa, mais bien mieux encore si elles le font AVANT la festa

Avec l’objectif, d’arriver à avoir, dans un temps proche, un signe, un logo commun qui NOUS distingue?

NOUS Poules, en attendant, nous avons lancé cette campagne avec bannère sur chaque page de notre site

Et récemment nous avons rencontré un nouveau site qui se fixe, d’une certaine manière, les mêmes buts: Nuovo Mondo Solidale

 

2) encore vers la Festa Altra Velocità, et bien outre, l’associazione LoFaccioBene a lancé à tous la proposition de co-projeter, de co-financer, de co-réaliser et de co-diffuser une série de couts métrages sur la vraie valeur de la nourriture et des femmes et des hommes qui la produisent (ce ne sont pas les machines, comme beaucoup pensent, et comme cela arrive toujours plus souvent…)

Jusqu’à présent, ont adhéré et collaborent le DES de Varese et la Campagne pour l’Agricoltura Contadina (agriculture paysanne)

Ceci, naturellement, est une invitation à participer activement à cette proposition

C’est dans l’intérêt de toutes et tous!

Pour informations et pour participier, écris à : lofacciobenecinefest@gmail.com

 

3) Un très beau film de Dominique Marchais “Nul homme n'est une îlecircule pour le moment dans les salles de cinéma françaises, et dans quelques jours, aussi dans les salles suisses

Ici un approfondissement avec le réalisateur

Ceux qui ont vu la version originale française, plus de 20 000 personnes jusqu’à présent, nous rapporte que l’on sort de la salle pleins d’espoir et d’envie de faire

Prochainement, la version italienne

Il y a un autre très beau film en circulation; “On the green road, qui raconte les paysans de toute la planète et leurs relations avec l’environnement, la nourriture, la santé…

 

4) il nous semble important que ce cinéma “militant”( il y a énormément d’autres précieux exemples) sorte toujours plus de la “réserve indienne”  des habituels initiés et atteigne un nombre croissant de citoyens/consommateurs, incisant ainsi sur les consciences, et, on espère, sur les pratiques conséquentes.

Cela, en France, se passe, mais nous savons que la France a depuis toujours destiné des ressources et des attentions à la culture, bien plus que chez nous en Italie, puisque « la culture ne produit pas d’argent » (SIC!)

Pour cela, nous accueillons et nous relayons très volontiers l’invitation d’un ami de Caen, en Normandie, gérant de petites salles de cinéma, à collaborer avec lui pour la constitution d’un réseau Européen de salles de cinéma disponibles à véhiculer ces messages

C’est une invitation à chercher dans votre ville et dans vos environs des salles intéressées ; vous pouvez les mettre en contact avec Yannick Reix du “Café des images” de Caen, pourquoi pas, en nous mettant en copie (yanreix@yahoo.fr)

 

5) dans ce monde “social” dans lequel tout nous est offert ”gratis”, parce qu’ils gagnent des millions avec nos données, il existe un instrument social pensé pour NOUS: Social Business World, en continue amélioration selon les exigences que NOUS leur avançons et qui NE vend PAS nos données

Un instrument qui soit le NOTRE, de nous tous

Il est parfait? Absolument PAS!

Il est très beau? Absolument PAS!

Il fonctionne très bien? Absolument PAS!

Il est efficace? Absolument PAS! Parce qu’il ne touche pas les millions d’utilisateurs que touchent les monopoles social …

TANT QUE NOUS NE COMMENCERONS PAS A L’UTILISER EN MASSE, lui imposant alors, et facilitant alors les modifications aptes à le rendre toujours plus beau, facile, efficace, toujours plus parfait pour NOS fins

Simplement parce qu’il est à NOUS, pensé pour NOUS, et ne s’approprie pas NOS données, NOS vies

Parce qu’il ne veut pas nous voler nos ames ….

 

un pizzino plein d’invitations à agir …

Encore une invitation, à la Festa Altra Velocità (Avigliana, TO, du 29 juin au 1er juillet)

Et le dernier, pour ce pizzino:

PARTICIPEZ AU CROWDFUNDING POUR LA FESTA!

Merci

Au prochain (pizzino)!

 


Le pizzino d'avril 2018 : "se penser et agir ensemble"

galline felici, court circuit 05 pizzino avril 2018

Changer le monde au moyen de petites actions à partir de la (et en construisant la) CONFIANCE

Aux temps de l’interaction entre les parties, où au travers du web, des demandes et des offres se rencontrent et supportent des projets émanant de la base, où les campagnes de crowdfunding financent des projets, des récoltes de fonds (parfois même douteuses) sur les réseaux sociaux, nous, on s’adresse directement à nos amis CONSOMMACTEURS, avec lesquels nous sommes liés par un rapport de profonde connaissance, d’amitié et de confiance réciproque.

 

Notre objectif est celui de trouver ensemble une manière pour répondre à vos besoins de nourriture saine, bonne, et produite selon des critères éthiques (au moins une partie) et en même temps, renouveler nos exploitations, souvent à bout de souffle à cause de la vétusté des plantations, des systèmes d’irrigation et des aléas climatiques toujours plus extrêmes, et à cause aussi de la diffusion d’un virus (tristeza) qui décime encore en partie nos arbres.

 

En démarrant ensemble des nouvelles actions concrètes pour le développement social, la création d’emploi, et l’intégration intelligente de tutelle de l’environnement.

 

LIRE Le PIZZINO DANS SON INTÉGRALITÉ :


Télécharger
pizzino-avril 2018.pdf
Document Adobe Acrobat 58.4 KB

Le galline felici en direct mars 2018

NOUS SOMMES, peut-être, LA MAJORITE

...mais nous ne le savons pas, tant que nous restons enfermés sur nous-même, à cultiver notre petit environnement au lieu de nous ouvrir et de tisser toutes les connexions possibles avec tous les autres, de quelle partie du monde que ce soit, avec celles et ceux qui veulent que gagne la raison du bien-vivre et pas cette FOLIE.

Une FÊTE EUROPÉENNE pour commencer à composer la tapisserie des alternatives possibles et déjà pratiquée par des millions de femmes et d’hommes, un tissage magnifique capable d’attirer les résignés, les indolents, et ceux qui s’abstiennent de la vie ... et de la lutte pour….

Une FÊTE à laquelle commencer à donner, TOUS, notre contribution d’idées et d’expériences dès maintenant, aujourd’hui.

 

Nous sommes TOUS attendus à AVIGLIANA, en Val di Susa

du 29 juin au 1er juillet 2018 !

COMMENÇONS A NOUS RETROUSSER LES MANCHES!

…et puis les soirs, on danse… ;)... comme aux fêtes de la récolte …

La suite de ce magnifique projet.... Ci dessous, on y va, c'est à 2 pas?

Télécharger
pizzino mars 18.pdf
Document Adobe Acrobat 106.8 KB

Les galline : le pizzino de Janvier 2018, solidarité

Avec ce message nous vous proposons de vous associer à l'action de solidarité lancée par les siciliens.

Le ‘pizzino’ de Janvier des Le Galline Felici (les poules heureux)le pizzino: bulletin (tendanciellement) mensuel adressé au monde de toutes les alternatives possibles

Encore sur Librino, sans réthorique, parce qu'il n'y a pas le temps pour... 

 

il y a une MAISON qui a brûlé, une grande maison pour beaucoup de personnes, beaucoup de jeunes et d'enfants en short et en baskets mais qui a été MAISON plusieurs fois aussi pour NOUS 

NOUS européens qui avons signé là les coproductions (la table n'est plus là, ni la librairie)

NOUS LoFaccioBene et compagnons de route, italiens, français, africains et indiens, qui vous y avons fait venir et exprimer, danser, et défiler les jeunes de l'Afrique (la cuisine qui nous a nourri n'est plus là)

NOUS habitants de ce quartier qui y cultivons des laitues et des tomates (il n'y a plus le bar où se désaltérer)

NOUS communauté sans frontières et sans nom, qui voulons affirmer à tous prix le BIEN VIVRE, dans toutes ses déclinaisons (il n'y a plus les divans où s'installer pour raisonner)

cet endroit est TRES CHARGE de nos émotions et souvenirs

...quelqu'un aussi, dans cette MAISON, a trouvè le grand amour de sa vie... probablement, pas que un ou une...

cette maison continue de fonctionner; tous les jours, les entrainements se déroulent normalement, les enfants demandent régulièrement aus plus "vieux" -qu'est ce qu'on peut faire ? - et puis ils vont s'entrainer...

CETTE MAISON COMMUNE DOIT ETRE RECONSTRUITE! ET TOUT DE SUITE!

et il est important que ces jeunes et ces enfants sentent plus que jamais qu'ils ne sont pas seuls 

qu'ils sachent, encore plus qu'avant, meme si c'était déjà beaucoup, ces dernières années, qu'ils sont dans les pensées et dans les actions de femmes et d'hommes à Bergamo comme à Paris 

qu'ils se sentent une partie active d'un organisme beaucoup plus grand

que de la réaction en choeur à cette disgrace ils prennent force et source de confiance dans le monde et dans l'humanité

IL Y A BESOIN DE TOUT ce dont il y a besoin pour remettre sur pied une grande maison

sauf les lampes, parce que la nouvelle club house emmenagera "dix fois plus grande et plus belle" -dit Mario- dans le gymnase encore non utilisé 

...et pendre des lampes à 17 mètres de hauteur... 

à part les lampadaires, il faut tout, meme pour les plus petits, pour l'après école, ils ont besoin de tables et de chaises basses

il faut remettre en place une cuisine capable de préparer 100 repas, un ou plusieurs réfrigérateurs, des étagères, une photocopieuse, des divans et des fauteuils, du bois pour la construction, des machines pour le caffé, quelques lits, des toilettes, des éviers, des robinets, une installation électrique, des lampes de table et de murs, des autres étagères, du petit matériel de bureau, du matériel médical pour les premiers secours, des jeux de table, des étagères .... je l'ai déjà dit ? 

aussi un coup de main pour faire de nombreux travaux

des fonds pour acheter les matériaux pour reconstruire ce que nous ne pourrons pas obtenir en recylage/re-utilisation

vous pouvez verser directement sur le compte des Briganti: C/C intestato a: A.S.D. I Briganti  Iban: IT 03T 03127 26201 000000190243 - BIC: BAECIT21263 - Unipol Banca

ou participer au crowdfunding rapidement mis en place par Social Business World 

Les Briganti sont déjà à l'oeuvre pour coordonner la reconstruction et dimanche il y a eu une assemblée extrêmement participée dans le gymnase tout Catania qui veut que la LUMIÈRE gagne était là 

outre aux nombreuses attestations d'estime et de solidarité, ce serait beau si dans les prochains jours, les Briganti pouvaient aussi compter sur des soutiens économiques conséquents

grazie! 

en avance de la part de ces centaines de jeunes qui se forment à la vie ici et des milliers de personnes qui passeront là au cours des prochains trente ans...

encore?

Roberto